Pas pleurer - Lydie Salvaire

Lydie Salvaire

Pas pleurer
Seuil, 2014, 288 p.

Dans ce roman traitant de la guerre civile espagnole, l’ écrivaine fait parler deux voix: celle de sa mère, Montse, et celle de l’auteur Georges Bernanos. La mère de la narratrice a été élevée dans une région rurale et pauvre d’Espagne, et pour elle ces premiers jours de la révolution en 1936 ont été des plus intenses et prometteurs de sa vie. En 1939 elle a dû se réfugier au sud de la France, où elle a vécu depuis lors. Maintenant, à la fin de sa vie, la plupart de ses souvenirs d’après-guerre ont disparu. Ceux de 1936 sont encore très vifs, elle en raconte l’histoire à sa fille, tout en parlant une combinaison de français et d’espagnol, le fragnol. Bernanos, auteur, représente la voix révoltée. Témoin direct de la guerre civile, il dénonce surtout la bénédiction par l’Eglise catholique de la terreur exercée par les nationalistes. Il en a écrit un pamphlet ("Les Grands Cimetières sous la Lune"). Deux voix, deux visions, entrelacées par Salvayre, qui sait ainsi mélanger histoire et autobiographie. Le roman "Pas pleurer" a été couronné du Prix Goncourt 2014.