L’écume des jours - Boris Vian

Boris Vian

L’écume des jours
1947, plusieurs éditions, env. 200 p.

Un titre léger et lumineux qui annonce une histoire d’amour. C’est un conte de l’époque du jazz et de la science-fiction, à la fois comique et tragique, féerique et déchirant. Dans cette oeuvre d’une modernité insolente, livre culte depuis plus de cinquante ans, Duke Ellington croise le dessin animé, Sartre devient une marionnette burlesque, la mort prend la forme d’un nénuphar, le cauchemar va jusqu’au bout du désespoir. Mais seules deux choses demeurent éternelles et triomphantes : le bonheur ineffable de l’amour absolu et la musique des Noirs américains..... La plume alerte de Boris Vian, qui multiplie les néologismes poétiques et les jeux de mots (le pianocktail, le biglemoi etc.), semble le faire par politesse, car sous ses dehors de roman d’amour pour adolescents, L’Ecume des jours est un piège qui étouffe petit à petit le lecteur et les personnages : la légèreté et l’innocence qui ouvrent le roman sont progressivement contaminées par le drame. « Le plus poignant des romans d’amour contemporains » (Raymond Queneau).